Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2009

L'Homme Chimérique: aux origines du titre

Analyse du titre

Plusieurs hypothèses ont été émises concernant le titre L’Homme chimérique. Le choix du titre d’un ouvrage doit rarement au hasard. Qui choisit L’Homme chimérique ? La réponse définitive à cette question reste pour le moment en suspens. Est-ce un titre d’origine auctoriale ? éditoriale ? Nul ne peut le dire dans l’état actuel des recherches.

Origines possibles

L’expression L’Homme chimérique apparaît dans plusieurs œuvres du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

Dans Actes et paroles - Pendant l’exil – ce que c’est que l’exil, Victor Hugo explique ce qu’est un proscrit : « Le proscrit est un homme chimérique. Soit. C’est un voyant aveugle ; voyant du côté de l’absolu, aveugle du côté du relatif. Il fait de bonne philosophie et de mauvaise politique. Si on l’écoutait, on irait aux abîmes. Ses conseils sont des conseils d’honnêteté et de perdition. Les principes lui donnent raison, mais les faits lui donnent tort. »

Dans « Le mandarin », recueilli dans les Contes à dormir debout, Auguste Vitu utilise aussi cette expression comme en témoigne cette citation :

« Supposez un mandarin de la Chine, un homme qui vit à trois mille lieues de vous, dans un pays fabuleux, un homme que vous ne verrez jamais; supposez encore que la mort de ce mandarin, de cet homme chimérique doive vous rendre riche à millions , et qu'il vous suffise de lever le doigt , chez vous, en France, pour qu'il meure, sans que jamais personne puisse vous inquiéter, dites, que feriez-vous ? » (Auguste Vitu, "Le mandarin", in Contes à dormir debout, édition Librairie Hachette et Cie, 1860, p. 7)

Enfin, dans les ouvrages de références, signalons l’article « chimérique » du Littré dont nous reproduisons intégralement :

(chi-mé-ri-k') adj. 1°Qui se repaît de chimères. Un homme chimérique. Enflant d'un vain orgueil son esprit chimérique, BOILEAU, Art poét. III. Bouillon était l'homme le plus chimérique qui ait vécu en nos jours, et le plus susceptible des chimères les plus folles en faveur de sa vanité, SAINT-SIMON, 45, 17. Qui l'aurait dit eût passé pour le plus chimérique des hommes, VOLT. [ie Volatire] Hist. Russ. I, 6. Le roi, après la conversation [avec Fénelon], dit qu'il avait entretenu le plus bel esprit et le plus chimérique de son royaume, VOLT Louis XIV, 38. 2°Qui est sans réalité. Toutes les raisons qu'il apporte sont chimériques. Esclave ambitieux d'une peur chimérique, CORN. [ie Corneille] Poly. V, 6. Étant de ces gens-là qui sur les animaux Se font un chimérique empire, LA FONT. (ie La Fontaine) Fabl. VII, 1. On donne, dans un spectacle profane, des larmes aux aventures chimériques d'un personnage de théâtre, MASS. [ie Jean-Baptiste Massillon] Car. Aumône. L'art de faire subsister ensemble l'intempérance et la santé est un art aussi chimérique que la pierre philosophale, VOLT. Zadig, 18.

Etymologie

Chimère

21:47 Publié dans Articles & essais | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : litterature, homme chimérique |

03/12/2009

Vidéo de la Brigade Chimérique

L'oeuvre de George Spad, révélée par quelques érudits comme Serge Lehman, poursuit son existence sous une forme qui eut peut-être étonnée ses auteurs. La bande dessinée, de bonne tenue, La Brigade Chimérique continue sa carrière éditoriale. D'aucuns n'hésitent à la qualifier de chef d'oeuvre et beaucoup s'accordent à la désigner comme l'une des séries majeures de la bande dessinée française de l'année. Les trois premiers épisodes ont été publiés en 2009, les trois suivants paraîtront en 2010.

Lors des Utopiales, une vidéo, reprise par les Editions L'Atalante, fut réalisée par Soledad Ottone. Cet hommage à l'oeuvre de George Spad ne peut nous laisser indifférents.


22:47 Publié dans Articles & essais | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : george spad, bande dessinée |

01/12/2009

Monostiches au pluriel

L'écriture automatique fut l'un des modes d'écriture les plus prisés par Henriette Blanche Perrier pour ses poèmes. La plupart restent inédits jusqu'à aujourd'hui. Malgré nos efforts et la publicité faite autour de sa série d'anticipation ancienne publiée sous le pseudonyme collecitf George Spad, aucune maison d'édition n'a cru bon de rééditer ses autres oeuvres. Comme nombre d'auteurs, elle reste cantonnée aux genres mineurs et délégétimés. Une des ambitions de la Société des Amis de George Spad est d'exhumer l'ensemble de son oeuvre. Nous remercions Jean Brueil de bien vouloir nous entrouvrir les archives familiales de Henriette Blanche Perrier et de régulièrement nous livrer réflexions, inédits et documents.

Il nous a fourni la reproduction d'un extrait d'un carnet sur lequel Henriette Blanche Perrier inscrivit: "Monostiches au pluriel". Nulle autre indication ne vient expliquer ce "titre". S'agit-il d'essais, d'esquisses poétiques visant à créer une oeuvre plus importante? Difficile aujourd'hui de répondre. De ces 148 monostiches nous proposons deux exemples (numérotés 28 et 33b ) qui usent du classique alexandrin:


28. L'autre soufflait la beauté froide du fil nu.


33b. Des fleurs, des arbres, des eaux. Coquille de mer.

 

[Nous remercions Thomas M. animateur du blog La Couronne poétique d'avoir relevé une erreur dans la retranscription du vers 33b - voir les commentaires ci-dessous - et d'avoir permis le rétablissement du texte original]

22:55 Publié dans Oeuvres littéraires 1. Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poésie |