Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2010

Poèmes retrouvés (2)

"Je grogne des signatures écartées du délitement du cœur."
George Spad, Poèmes à Bernard


Avec ce vers se clôt l'un des recueils inédits de George Spad intitulé Poèmes à Bernard. Si la vie sentimentale de Henriette Blanche Perrier (le patronyme de G. Spad) fut semble-t-il agitée, elle nourrit son imaginaire.

Poèmes à Bernard compte soixante-trois poèmes de valeurs très inégales. Certains auraient pu être écrits par des lycéens en mal d'inspiration tant leur platitude est manifeste, d'autres sont de meilleure facture. On n'explique guère les différences lorsque les recueils sont parus. Ce n'est pas exactement la même chose quand il ne s'agit que d'inédits. Si George Spad se fit connaître (un peu) pour des oeuvres de littérature populaire (qui, quelque soit leurs qualités, appartiennent à un domaine délégitimé des Lettres), sa poésie n'a pratiquement jamais été éditée. Nous évoquions il y a quelques mois l'idée de publier une oeuvre poétique de George Spad. Le projet est toujours en cours mais demandera du temps. Temps nécessaire à rassembler un matériau suffisant et temps de la réflexion: faut-il tout publier (y compris des textes qui ne sont que des ébauches et/ou franchement mauvais)? Faut-il faire des choix?

Laissons la place à la poésie:


La douceur résiste, s’évade, ne peut être mise en état d’arrestation.
J’ai la main bleue de l’innocence. La fonte est précise comme un panneau. Le feu des précautions affronte la menotte du risque.

18:41 Publié dans Oeuvres littéraires 1. Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie |

Les commentaires sont fermés.